15 septembre 2009

Le langage des oiseaux

Le Langage des Oiseaux est une technique littéraire médiévale basée sur des jeux de mots à partir de leur sonorité, destinée à dissimuler certains messages.
Principe : Rédiger un texte en utilisant quatre mots proposés, non pas pour leur signification mais pour leur phonétique, de façon à ce que chacun de ces mot constitue la fin et le début de deux (ou plus) mots qui se suivent.
Les mots incrustés doivent obligatoirement faire la liaison entre deux autres mots. Une ou plusieurs syllabes de « l’incrusté » terminant un mot et le reste composant le début d’un autre. Les mots incrustés doivent être utilisés dans l’ordre de la liste.


Exercice 1: Dégouliner, attraction, pendulaire, lampisterie

Triste ville en ruines, abandonnée des hommes, où ne subsistent plus que quelques créatures aux canines acérées, caniDES, GOULES, ...
INErtes sont les vestiges de la civilisation, machines rongées par la rouille, édifices éboulés par le dernier séisme. Un tremblement de terre d'amplitude inégalée par le passé, qui fit fuir en masse les derniers humains, sautant par dessus les décombres, tel un nuage de sauterelles que le mainATE TRAQUE.
SION était une jolie ville auparavant, avec en son centre un bourg médiéval particulièrement bien conservé jusque dans les années 2000 qui lui donnait beaucoup de charme. Chaque matin, on pouvait y voir la mère Truchet, dont la famille avait vécu à Sion de génération en génération, penchée à sa fenêtre pour observer son chat, laPANT DU LAIT. L'ERE de ce calme apparent est hélas révolue et la vielle ville s'est effondrée elle aussi.
Nous ne sommes à présent plus que quelques uns, rescapés des pierres, à vivre reclus, ayant fait fi de toute politesse ou éducation, comme en témoigne notre leader qui, tout en me parLANT, PISSE.
"TE RIrais-tu de moi ?" m'interpella-t-il en me gratifiant d'un regard menaçant. Je niais avec conviction. Il se détourna en maugréant: "Bon à rien d'écrivain...".

Exercice 2: Nicomède, alarmiste, fenouil, vénitien
Rentré victorieux d'une bataille qui s'éternisait depuis des semaines, désireux de prendre en peu de bon temps et d'en faire profiter sa cour, le prince fit dresser un buffet garNI, COMME EDifié par Gargantua lui-même.
Comme il se doit, il convia à ce banquet, parmi tous ses chevaliers qui avaient pris part au combat, ceux qui étaient encore aptes à festoyer. On fit venir toutes les dames du pays, surtout les plus belles, parées de leurs plus riches atours.
Les convives, honorés d'être admis à la table du prince, se présentèrent à l'heure indiquée. Ils saluèrent le prince, se présentèrent les uns aux autres, commencèrent à échanger, à rire ou à débattre, puis furent invités à rejoindre le buffet. Tandis que l'on se régalait et que la fête battait son plein, le cor sonna l'ALARME. HYSTérique, la comtesse se mit à pousser des cris aigus, ajoutant à la panique ambiante. Une dame s'évanouit. On ne la vit même pas s'effondrer sur le sol. Les convives s'éparpillaient le plus rapidement possible, à grand fracas, renversant pichets, caraFEs, NOUILLES et gibiers. C'était une telle pagaille que l'on ne pouVAIT, NI SIENS, ni ceux des autres, relier les membres à qui ils appartenaient.

Exercice 3: Miracle, oracle, spectacle, opaque

Sur la pointe des pieds, Tom s'introduisit dans la chambre de Virginie, sa colocataire, tandis que celle-ci se préparait dans la salle de bain. Tout était en ordre, il adMIRA CLandestinement cette capacité à tenir une pièce bien rangée, mais se demanda comment parvenir à ses fins sans y mettre un désordre qui serait inévitablement remarqué.
N'étant pas à la recherche de bijoux ni d'OR, AH CLeptomane repenti, il n'inSPECTA QUE LE dernier rayon de la bibliothèque qui abritait les livres de cuisine. Il se saisit de la "bible" culinaire de la jeune demoiselle, un recueil de recettes de "Desserts à faire fondre", qu'elle mettait à l'épreuve chaque fois qu'elle invitait à dîner une nouvelle conquête.
Ayant préalablement procédé à l'inventaire de la cuisine, Tom put retrouver sans trop de difficultés la recette prévue pour le soir même.
Armé d'un peu de Tippex et d'un feutre fin, il maquilla soigneusement le temps de cuisson de 40 minutes, qui se transforma en un joli 20.
Après s'être assuré que la correction était bien sèche, il replaça promptement le livre sur l'étagère, et s'éclipsa discrètement de la chambre, puis de l'appartement, comme le lui avait demandé Virginie. Il partit encore une fois vers une soirée solitaire, mais emportant comme petite consolation l'assurance que "Mr Nouvelle Conquête" aurait à déguster un gâtEAU PAS Cuit.

Exercice 4: Contrevent, radiation, lampadaire, exotique
CONTRE VENTs et marées, Ylith parcoure les sentiers égarés d'une ombre éloignée à la recherche de monstres déchus. Ceux-ci, aigris dans leur exil, n'ont plus rien à défendre, plus de propriété, mais leur nature les pousse à pourfendre le téméraire qui ose les approcher.
Yilith les cherche donc, pour les éliminer, et sur son chemin renCONTRE VANdalisme, peur et précarité.
En effet, il se trouve que l'un de ces monstres maudits se réveilla, rescapé du temps, il y a peu, et irRADIA SILLONs et vallées d'une colère acharnée, terrifiant les villages de la contrée.
Dans sa quête, Ylith fut comblée. Elle l'aperçut grimpant la colline d'un LENT PAS, DERouté. Il zigzaguait, tel un vieux T-rEX AUX TICS dégénérés.
D'un seul sortilège, elle put l'envoûter, et le rendit à son sommeil pour l'éternité.

Posté par Melhao à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le langage des oiseaux

Nouveau commentaire